Une histoire d’idées folles, deux champions du monde et un plein de tradition

Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar, était photographe, dessinateur, écrivain et un des pionniers de l’aéronautique. Véritable touche-à-tout de génie, il travaillait pour l’industrie et organisa dans son atelier en 1874, dans le but d’aider ses amis peintres, la première exposition de la peinture impressionniste alors débutante garnie de tableaux de Claude Monet, Edgar Degas et Paul Cézanne.

Nadar avait ouvert, peu de temps avant, son propre atelier de portraits photographiques à Paris. Contrairement à d’autres photographes de commande, il renonçait à tout accessoire, fonds peints et retouches, et se concentrait essentiellement sur les visages et les mains. Parmi ses clients comptaient des écrivains tels que Charles Baudelaire et Honoré de Balzac, des artistes comme Gioachino Rossini et l’actrice sans doute la plus célèbre de son temps, Sarah Bernhardt.

Le 18 octobre 1863, Nadar entreprit sa plus fameuse ascension au Champ de Mars à Paris. Avec huit passagers dans un aérostat entièrement conçu à partir de son exubérante imagination : « Je vais construire un ballon – l’ultime ballon – aux dimensions extraordinairement gigantesques, vingt fois plus grandes que le plus grand. » Il le nomma le Géant.

Après s’être laissé entraîner dix-sept heures durant vers l’est par une tempête, le ballon s’échoua brutalement sur une ligne de chemin de fer près de Hanovre. Notre aéronaute professionnel avait initié son entreprise commerciale de voyage aérien par le biais du Géant. La première ascension de l’engin, pour laquelle chacun des treize passagers avait dû s’acquitter de la somme de 1000 francs, avait déjà attiré 200.000 spectateurs ; la nacelle faisait figure d’une cabane de deux étages en osier et abritait une pièce de rafraichissement, des lits, des toilettes, un atelier photographique et même une petite imprimerie permettant de produire des brochures commémoratives à bord.

 

Nadar fonda également en 1863 la « Société d’encouragement de la navigation aérienne au moyen du plus lourd que l’air », en officiant personnellement comme président et en nommant secrétaire le jeune Jules Verne. Un aéronef qu’il fit construire plus tard inspira Jules Vernes pour son roman « Cinq semaines en ballon ».

Pour quelle raison sommes-nous touchés par ce sujet ? Entre autres parce que nous faisons partie de cette fascinante histoire. En septembre 2015, les deux aéronautes Kurt Frieden et Pascal Witprächtiger originaires de Suisse orientale ont remporté avec leur montgolfière à gaz NN-Technics la 59e Coupe aéronautique Gordon Bennett, championnat du monde de l’aéronautique à gaz. À l’issue d’un trajet de 68 heures et 20 minutes, ils ont atterri sûrement à l’emplacement du tripoint entre la Pologne, la Lituanie et la Biélorussie un lundi soir à 2530 km à l’est de leur point de départ. Une riche sensation, une grande aventure et l’étoffe à partir de laquelle sont faites les meilleures histoires.

À celles et ceux qui souhaitent en savoir davantage, nous recommandons de visiter les liens suivants :
http://www.gordonbennett.aero
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_aéronautique_Gordon_Bennett